Réseau virtuel

Traditionnellement, l’oxygène est mesuré dans une zone à l’aide d’un ou plusieurs détecteurs ponctuels, et dans certains cas, de détecteurs à aspiration décentralisés. Ces détecteurs sont logiquement rassemblés en groupes et chaque groupe représente une valeur moyenne mesurée par des détecteurs seuls. À partir de toutes ces valeurs de groupes, une nouvelle moyenne est calculée et affichée.

L’objectif d’ISOLCELL est d’être aussi précis que possible et d’atteindre la perfection.

C’est pour cette raison qu’ISOLCELL a développé la méthodologie de réseau virtuel. Avec l’aide d’un système de canalisations, l’air est aspiré à différentes hauteurs dans la zone protégée et même dans les différents noyaux du bâtiment. L’air aspiré est dirigé vers capteurs (SIL -3 IEC 61508) conformes à la directive européenne machines SIL EN 62061 / EN ISO 13849-1.

Cette méthode permet de garantir que l’air de chaque point d’analyse est capté par les mêmes capteurs et d’afficher la valeur précise de l’oxygène. Un autre avantage est la longue durée de vie des capteurs au zirconium, par rapport aux capteurs électrochimiques qui ont tendance à se détériorer rapidement.

Détection de l'oxygène

Contrairement aux systèmes de contrôle de l’oxygène conventionnels où le contenu en oxygène d’une zone protégée est uniquement mesuré à des hauteurs différentes le long des murs extérieurs, le système ISOLCELL N2 Oxygen Reduction System utilise la méthode de réseau virtuel.

Cette méthode innovante offre les résultats les plus précis et les plus fiables possible, car le volume protégé est divisé en cubes virtuels et l’oxygène est analysé et contrôlé dans toute la zone à différentes hauteurs, longueurs et largeurs.

Pour l’analyse des échantillons d’air, deux capteurs à zirconium identiques sont utilisés.
Grâce à cette méthode, même dans des espaces de grande taille, tous les endroits avec un niveau d’oxygène inadapté sont détectés et le contrôle du système peut conseiller au générateur N2 Oxygen Reduction System de fournir de l’azote à cet endroit précis.

Le système de distribution

Auparavant, quelle que soit la taille de la zone protégée, l’azote permettant de produire l’atmosphère appauvrie en oxygène était souvent produit à un ou deux points différents, dans l’espoir que celui-ci se mélange instantanément et de manière homogène à l’atmosphère de la zone à protéger.

Cependant, cette méthode ne tenait pas compte du fait que l’oxygène est plus lourd que l’azote et que sans l’aide de matériel de ventilation, comme les ventilateurs par exemple, des couches de gaz différents pouvaient se superposer, générant des niveaux d’oxygène différents dans le même espace car, bien que l’azote finisse par se mélanger à l’atmosphère au bout d’un moment, des poches de concentration d’oxygène résiduel pouvaient se produire.

À l’exception des poches d’oxygène, les fuites naturelles dans les bâtiments et les espaces peuvent nécessiter une émission d’azote à un endroit précis afin de garantir une distribution homogène et obtenir un niveau de protection fiable et efficace dans toute la zone protégée du haut en bas et d’un côté à l’autre.

Chez ISOLCELL, nous comprenons ces défis majeurs grâce à notre riche expérience acquise pendant plus de 58 ans dans le domaine de la fabrication et de l’installation de systèmes en atmosphère contrôlée dans le monde entier. Notre système breveté de distribution d’azote N2 Oxygen Reduction System™ réduit non seulement la consommation énergétique, mais élimine également tous les problèmes mentionnés ci-dessus de manière efficace.